Qu'est-ce que la LegalTech ? | Communautel

Qu'est-ce que la LegalTech ?

 

Qu’est-ce que la Légalthèque (LegalTech) : Introduction

L'industrie juridique, largement considérée comme conservatrice et traditionnelle, entre actuellement dans une phase de transformation profonde où la technologie promet d'automatiser les tâches de base, les services simples banalisés, et les clients et les professionnels dotés de nouvelles solutions innovantes. C’est l’essor de la  LegalTech.

La numérisation de l'industrie des services juridiques a donné naissance à un nouvel écosystème composé d'avocats, d'entrepreneurs, d'investisseurs, d'universitaires et de professionnels qui se concentrent sur l'application de technologies de pointe pour transformer la profession.

La technologie juridique fait référence à l'utilisation de technologies et de logiciels aidant les cabinets d'avocats dans la gestion des cabinets, le stockage de documents, la facturation, la comptabilité et la découverte électronique ou veille technologique. Le terme est souvent associé à des startups technologiques offrant un accès à des outils et des plates-formes qui réduisent ou, dans certains cas, éliminent le besoin de consulter un avocat. Ces plateformes permettent aussi de relier plus efficacement les avocats aux marchés ou clients en ligne.

Plusieurs facteurs ont contribué à la croissance de la technologie juridique, y compris le coût croissant et les contraintes de temps imposées par les clients à leurs avocats. De même, les incitations croissantes pour les avocats à devenir technologiquement compétents y sont pour beaucoup dans ce développement.

En outre, la croissance exponentielle du volume de documents, et principalement des courriels, qui doit être examinée pour les litiges a considérablement accéléré l'adoption de la technologie. Des éléments de langage machine et d'intelligence artificielle (AI) incorporés et des services en cloud ont été adoptés par de plus en plus de cabinets d'avocats.

Aujourd'hui, la technologie juridique se répand dans le monde entier et couvre une large gamme de services. Certains sont conçus pour aider les cabinets d'avocats à acquérir plus de clients. D'autres les aident à mieux servir leurs clients actuels en les aidant à fonctionner et à fournir des services juridiques plus efficaces.

Selon CB Insights, les investissements en technologie juridique sont principalement concentrés aux États-Unis, avec plus de 292 millions de dollars américains investis aux États-Unis en 2015. Relativity, anciennement kCura, est par exemple une plate-forme de découverte électronique utilisée par les entreprises. Elle gére un volume important de données et identifie rapidement les problèmes clés lors des litiges, des enquêtes internes et des projets de conformité.

Maintenant, il existe même des sociétés juridiques spécialisées dans les divorces. Par exemple, Wevorce, basée aux États-Unis, se concentre sur les divorces à l'amiable en offrant une technologie qui accélère le processus tout en réduisant les coûts du divorce.

Un exemple de légalthèque (LegalTech) en Suisse

La Suisse a également vu son propre espace de technologie juridique se développer rapidement ces dernières années. En 2016, le pays a accueilli la Swiss Legaltech Association pour représenter ce secteur florissant et contribuer à la création d'un véritable écosystème autour des technologies juridiques.

La Swiss Legaltech Association a été fondée par Christoph Küng et Antoine Verdon, deux start-ups basées à Zurich. Christoph Küng est le PDG de Skuani, une plate-forme de correspondance pour les experts du secteur juridique, tandis que Antoine Verdon est le fondateur de LegalHub, un générateur de documents légaux.

Selon l'organisation, la Suisse dispose d'un écosystème juridique assez développé. Les entreprises qui y travaillent couvrent les documents juridiques automatisés, les logiciels de gestion de cabinets juridiques et les analyses juridiques prédictives. Elles travaillent également sur les services juridiques en ligne, les logiciels juridiques, les recherches d'avocats et la mise en relation avocat / client.

La plateforme PROXEUS a développé des outils permettant notamment d’enregistrer légalement une entreprise du début à la fin.

Autre exemple : DigitalCounsels. Il s’agit d’une plateforme qui automatise les services juridiques et les rend disponibles pour le marché grand public.

Dans le même ordre d’idée, Legartis est en train de développer une solution de cycle de vie des documents juridiques basée sur l'Intelligence Artificielle.

Enfin, Swisslex propose la base de données juridiques la plus complète de Suisse.

L’ascension de la légalthèque (LegalTech)

2016 a été une année de rupture pour la LegalTech.

Beaucoup disent que #legaltech atteint le niveau de #FinTech il y a environ 8 ans. C'est à ce moment-là que Fintech obtenait un nom et que de nombreuses start-up Fintech parvenaient à se lancer. Aujourd'hui, il existe des start-up Fintech établies qui prennent en charge à peu près toutes les divisions des grandes institutions financières. Les startups spécialisées dans la LegalTech sont en train de prendre le même tournant.

Le métier d’avocat est-il menacé par la LegalTech ?

De nombreux avocats craignent que leur travail ne soit menacé par l'intelligence artificielle, l'apprentissage automatique et le traitement du langage naturel. Les débats ont fait rage sur l'impact de ces technologies et de la LegalTech sur les avocats.

La technologie a déjà eu un impact sur la pratique du droit. Pensez aux machines à écrire. Et la technologie continuera d'avoir un impact sur la pratique du droit. Cela aidera les avocats et les clients de bien des façons. La LegalTech donnera également accès à des réponses juridiques à tout un chacun, sans pour autant être contraint de consulter un avocat.

Cependant, la question, "comment la technologie aura-t-elle un impact sur les avocats ?" est plus vaste. Les avocats ne sont pas égaux entre eux, certains étant spécialisés. Par ailleurs, les avocats à différents stades de leur carrière font des choses différentes. Ainsi, les différents types d'avocats seront touchés différemment par la technologie, tout comme les avocats à différents stades de leur carrière.

La LegalTech apporte cependant plusieurs points positifs. Les avocats impliqués dans la conformité légale et réglementaire seront positivement impactés par cette vague de technologie juridique. De même, la LegalTech permet d’ouvrir l’information juridique au grand public. Elle donne à chacun la possibilité de connaître facilement ses droits, par un simple accès internet.

Un exemple de loi expliqué par la LegalTech

Une grande partie de ce que font les avocats porte sur l’application des règles et la recherche juridique. Ce n'est pas 100% de son temps qu'un avocat est confronté à des questions vraiment difficiles. Bien sûr, cela arrive mais les cas complexes sont plus rares qu’on ne peut penser.

La plupart du temps, la loi à appliquer est simple. Ce qui la complique, ce sont :

  • Sa façon d’être rédigée
  • La manière dont elle est présentée
  • Les documents dans laquelle la trouver en version complète et récente

Legaltech aide à surmonter cette complexité réglementaire. Tout le monde devrait savoir, en termes simples, ce que la loi leur impose de faire dans n'importe quel contexte. De plus, les entreprises devraient pouvoir savoir, simplement, ce que la loi exige d'elles dans n'importe quelle situation. Pourquoi le droit devrait-il être si inaccessible pour le commun des mortels ?

Legaltech sera le gardien de la loi réglementaire

Certes, il y a des situations dans lesquelles les avocats sont nécessaires. Mais lorsque la législation réglementaire est claire et simple, pourquoi la technologie juridique comme LegalTech ne serait-elle pas suffisante ?

Tout droit basé sur des règles fondamentales et non soumises à jugement peut désormais s’appuyer ou être remplacé par la LegalTech.

Enfin, la LegalTech ne doit pas être considérée comme un ennemi des avocats mais plutôt comme un soutien. Grâce et en s’appuyant sur la LegalTech pour travailler, les avocats :
 

  • Utiliseront la technologie pour réduire la recherche juridique et
  • Se concentreront ainsi sur leur travail fondamental, à savoir donner des opinions réfléchies, des jugements de valeur et des arguments nuancés.

 

Juridique

Consulter un avocat en ligne immédiatement

Anne-Juliette Guignard

5 avis - - 12 consultation(s)
4 années d'expérience
Avocate au barreau de Paris, je pratique plus particulièrement : le droit de la famille (divorce, séparation, garde d'enfants, juge des enfants et mesures éducatives), le droit pénal (côté auteur ou côté victime), le droit immobilier (litiges locataire/ propriétaire, droit de la copropriété etc..)...
Avocat au Barreau de Paris
  • A la minute 3.60 €/min

Sophie HAGEGE

2 avis - - 10 consultation(s)
20 années d'expérience
J'interviens en droit civil & familial, droit pénal, droit des entreprises, droit des étrangers J'exerce depuis 20 ans. Je suis très disponible et suis à l'écoute de mes clients.
Avocat
  • A la minute 5.00 €/min
  • Séance: 49.00€ pour 30mn

Etienne CHERON

2 avis - - 7 consultation(s)
16 années d'expérience
Fonction publique, étrangers, divorce, pénal ... Avocat engagé pour vous assister et vous défendre dans les situations d'urgence . 15 ans d'expérience dans l'administration et les pouvoirs publics. Engagement, urgence, stratégie.
Maître Etienne CHERON
  • A la minute 3.90 €/min
  • Séance: 50.00€ pour 15mn