Les grands principes de la dépendance

Contactez un professionnel certifié 24/7, en gardant votre anonymat et le contrôle sur le prix de la consultation ! En savoir plus
1
Minute en moyenne pour contacter un expert
4.82/5
Note moyenne aux professionnels de la catégorie.
99.33%
Avis positifs pour les professionnels de la catégorie.

 

Si vous avez une dépendance, vous n'êtes pas seul. Selon les études les plus récentes, 1 personne sur 3 dans le monde souffre d’addiction. La dépendance est définie comme une perte de contrôle de faire, prendre ou utiliser quelque chose et ce jusqu’à vous nuire.

La dépendance est le plus souvent associée au jeu, à la drogue, à l'alcool et à la nicotine, mais il est possible d'être accro à presque tout, y compris :

• au travail - certaines personnes sont obsédées par leur travail dans la mesure où elles deviennent physiquement épuisées. Si votre relation, votre famille et votre vie sociale sont affectées et que vous ne prenez jamais de vacances, vous pourriez être accro au travail.

• à Internet - l'utilisation des ordinateurs et des téléphones mobiles a augmenté, de même que les dépendances informatiques et Internet. Les gens peuvent passer des heures chaque jour et chaque nuit à surfer sur Internet ou à jouer tout en négligeant d'autres aspects de leur vie.

• aux solvants - l'abus de substances volatiles survient lorsque vous inhalez des substances telles que de la colle, des aérosols, de l'essence ou du carburant.

• au shopping - le shopping devient une dépendance lorsque vous achetez compulsivement des choses dont vous n'avez pas besoin. Cette fringale d’achats est rapidement suivie de sentiments de culpabilité, de honte ou de désespoir.

Quelles sont les causes des dépendances ?

Les dépendances peuvent être déclenchées par de nombreux facteurs. Dans le cas des drogues, de l'alcool et de la nicotine, ces substances affectent la façon dont vous vous sentez, physiquement et mentalement. Ces sentiments peuvent être agréables et créer une forte envie de renouveler l’expérience. 

Le jeu peut entraîner une euphorie liée à la victoire, elle-même suivie d'une forte envie de recommencer et de recréer ce sentiment.  

Parce que se “désintoxiquer” de son addiction peut être désagréable et demander une volonté extrême, il est alors plus facile de ne rien changer et ainsi le cycle de dépendance se poursuit.

Impacts de la dépendance

La contrainte de gérer une dépendance peut sérieusement endommager votre vie professionnelle et vos relations. Dans le cas de l'abus de substances (par exemple, les drogues et l'alcool), une dépendance peut avoir des effets psychologiques et physiques graves.

Certaines études suggèrent que l'accoutumance est génétique, mais il se peut également que des facteurs environnementaux, tels le fait de côtoyer d'autres toxicomanes, augmentent le risque.

Une dépendance peut être un moyen d’oublier les problèmes difficiles que l’on traverse. Le chômage, un changement de situation familiale ou professionnelle, le stress et la pression émotionnelle peuvent déclencher une dépendance.

Se faire aider pour sortir de la dépendance

La dépendance est une pathologie qui peut être traitée. Quelle que soit la dépendance, il existe de nombreuses façons d’obtenir de l'aide. Vous pouvez consulter votre médecin généraliste pour obtenir des conseils ou échanger avec des associations ou services spécialisés comme :

• Les services de lutte contre l'alcoolisme ou Les Alcooliques Anonymes

• Les services de toxicomanie

• Tabac Info Services

La dépendance à l’alcool

Réaliser que vous avez un problème d'alcool est le premier grand pas pour obtenir de l'aide.

Vous pourriez avoir besoin d'aide si :

• vous ressentez très souvent le besoin de boire un verre

• votre consommation d’alcool vous cause des problèmes

• d'autres personnes vous alertent sur votre consommation d’alcool

La consultation de votre médecin généraliste est un bon point de départ. Essayez d'être précis et honnête sur la quantité de boisson que vous buvez et sur les problèmes que cela peut vous causer. Si vous êtes devenu dépendant à l'alcool, vous aurez du mal à contrôler complètement votre consommation d'alcool d'une manière ou d'une autre. Donc, vous aurez probablement besoin d'aide soit pour réduire et contrôler votre consommation d'alcool, soit pour arrêter complètement puis maintenir votre état de sobriété par la suite. 

Votre médecin peut vous suggérer différents types d'évaluation et d'options de soutien, comme les services de lutte contre l’alcoolisme. 

Si vous êtes devenu physiquement dépendant et avez besoin d'arrêter de boire complètement, l'arrêt brutal du jour au lendemain peut être nocif. Faites-vous accompagner psychologiquement et médicalement pour permettre votre sevrage en toute sécurité.

Vous pouvez également consulter un professionnel au sein d'un Annuairesante : annuaire de la santé et Psychologues et thérapeutes à

pour trouver un médecin près de chez vous.

Ainsi, certains symptômes peuvent être le signe annonciateur d’un besoin d’aide chimique (médicaments) :

• anxiété après le réveil

• transpiration et tremblements

• nausées ou vomissements le matin

• hallucinations

• crises d’angoisse ou de rechute

La dépendance au tabac

Tabac et nicotine

Le tabac est l'une des substances majeures utilisées de manière abusive dans le monde. Les centres de contrôle et de prévention des maladies estiment que le tabac cause 6 millions de décès par an. Cela fait du tabac la principale cause de décès évitable.

La nicotine est le principal produit chimique source de dépendance au tabac. Il provoque une montée d’adrénaline lorsqu'il passe dans le sang ou inhalé par la fumée de cigarette. La nicotine déclenche aussi une augmentation de la dopamine. 

La dopamine stimule la zone du cerveau associée au plaisir et à la récompense. Comme tout autre médicament, l'usage du tabac au fil du temps peut causer une dépendance physique et psychologique. C'est également le cas pour les formes de tabac sans fumée, comme le tabac à priser et la mastication.

En 2011, environ 70 pour cent des fumeurs adultes ont déclaré vouloir arrêter de fumer.

Les symptômes de la dépendance au tabac

Une dépendance au tabac est plus difficile à cacher que d'autres dépendances. C'est en grande partie parce que le tabac est légal et en vente libre. Certaines personnes peuvent fumer socialement ou occasionnellement, mais d'autres deviennent totalement accros. Une dépendance peut être présente si la personne :

• ne peut pas arrêter de fumer ou de mâcher, en dépit des tentatives pour arrêter

• a des symptômes de sevrage en essayant d’arrêter de fumer (mains tremblantes, transpiration, irritabilité, rythme cardiaque rapide)

• doit fumer ou mâcher après chaque repas ou après de longues périodes de pause sans tabac

• fume pour se sentir normale ou en éprouve le besoin en période de stress

• renonce à des activités ou n'assiste pas à des événements où le tabagisme ou l'usage du tabac n'est pas autorisé

• continue de fumer malgré des problèmes de santé

Quels sont les traitements pour s’en sortir ?

Il existe de nombreux traitements disponibles pour sevrer sa dépendance au tabac. Cependant, cette dépendance peut être très difficile à gérer. Beaucoup d'utilisateurs trouvent que même après la disparition des “fringales de nicotine”, le rituel du tabagisme peut conduire à une rechute. Il existe plusieurs options de traitement pour ceux qui luttent contre une dépendance au tabac :

  • Le patch

Le patch est connu sous le nom de traitement de substitution nicotinique. C'est un petit autocollant qui ressemble à un pansement que vous appliquez sur votre bras ou votre dos. Le patch fournit de faibles niveaux de nicotine au corps. Cela aide à un sevrage progressif pour aboutir à un arrêt définitif.

  • Gomme de nicotine

Une autre forme de traitement de substitution nicotinique, la gomme de nicotine, peut aider les personnes ayant besoin de la sensation de mâcher. Cette gomme fournit également de petites doses de nicotine pour vous aider à gérer les rechutes et l’envie de fumer.

  • Spray ou inhalateur

Les vaporisateurs et inhalateurs de nicotine peuvent aider en fournissant de faibles doses de nicotine sans usage de tabac. Le spray est inhalé, envoyant ainsi de la nicotine dans les poumons.

  • Médicaments

Certains médecins recommandent l'utilisation de médicaments pour aider à la dépendance au tabac, comme des antidépresseurs ou des vasodilatateurs. 

Traitements psychologiques et comportementaux

Certaines méthodes ont fait leurs preuves dans la lutte contre le tabagisme :

• hypnothérapie

• thérapie cognitivo-comportementale

• programmation neuro-linguistique

Ces méthodes aident le patient à faire évoluer sa pensée sur la toxicomanie. Elles travaillent à l’altération des sentiments ou des comportements associés mentalement à l'usage du tabac.

Le traitement d'une dépendance au tabac nécessite le plus souvent une combinaison de méthodes. Gardez à l'esprit que ce qui fonctionne pour une personne ne fonctionnera pas nécessairement pour un autre. Et surtout faites-vous aider et accompagner par votre médecin pour vous donner toutes les chances de réussir.

La dépendance aux drogues

Avec l'aide et le soutien appropriés, il vous est possible de vous libérer définitivement de votre addiction à la drogue. Consulter votre médecin généraliste est un bon point de départ. Ce dernier peut discuter de vos problèmes avec vous et vous proposer un accompagnement et un traitement adapté, comme des médicaments ou un suivi dans une clinique spécialisée.

Lors de votre premier rendez-vous pour un traitement d’addiction à la drogue, le personnel vous posera de très nombreuses questions sur  : votre consommation de drogue, votre travail, votre famille et votre situation de logement. Le personnel vous parlera alors de toutes vos options de traitement et concevra un plan de suivi avec vous. Tout au long de votre traitement, vous pourrez être supporter par un médecin, soignant ou ancien malade référent qui vous aidera à surmonter les coups durs et éviter les risques de rechute..

En fonction de la nature de votre dépendance, votre traitement peut inclure :

• Des thérapies parlantes - les thérapies parlantes, telles que la thérapie cognitivo-comportementale (TCC), vous aident à voir comment vos pensées et vos sentiments influent sur votre comportement.

• Des traitements médicamenteux - si vous dépendez de l'héroïne ou d'un autre médicament opioïde, on peut vous proposer un médicament de substitution, comme la méthadone.

• Des techniques d’auto-assistance, groupes de soutien comme Narcotiques Anonymes sont utiles.

La dépendance au jeu

Être un joueur compulsif peut nuire à votre santé et vos relations. Si vous avez un problème avec le jeu et que vous souhaitez arrêter, des techniques de soutien et des traitements médicamenteux sont disponibles pour vous aider. 

Êtes-vous un joueur compulsif ?

Répondez à ce questionnaire :

• Avez-vous déjà parié plus que vous ne pouvez vous permettre de perdre ?

• Avez-vous besoin de jouer toujours avec de plus grandes sommes d'argent pour obtenir le même sentiment de satisfaction ?

• Avez-vous essayé de récupérer de l'argent que vous avez perdu en rejouant ?

• Avez-vous emprunté de l'argent ou vendu quelque chose pour obtenir de l'argent pour jouer ?

• Vous êtes-vous demandé si vous aviez un problème avec le jeu ?

• Votre jeu vous a-t-il causé des problèmes de santé, y compris des sentiments de stress ou d'anxiété ?

• Votre entourage vous a-t-il déjà dit que vous aviez un problème de jeu ?

• Votre jeu a-t-il causé des problèmes financiers à vous ou votre famille ?

• Avez-vous déjà éprouvé un sentiment de culpabilité en jouant ?

Score 0 pour chaque fois que vous répondez  "JAMAIS" 

Score 1 pour chaque fois que vous répondez  "PARFOIS" 

Score 2 pour chaque fois que vous répondez  "la plupart du temps" 

score 3 pour chaque fois que vous répondez  "presque toujours"

Si votre score total est égal ou supérieur à 8, vous êtes un joueur à problème.

Se libérer du jeu

Il existe des preuves que le jeu peut être traité avec succès de la même manière que d'autres toxicomanies. La thérapie cognitivo-comportementale présente généralement les résultats les plus concluants dans le traitement de cette addiction.

Thérapie

Nos psychologues en ligne vous accompagnent

Johanna Godet

38 avis - - 94 consultation(s)
5 ans d'expérience
Consultations écrites approfondies ("Questions") uniquement au sein de cette plateforme. Me contacter à travers la messagerie gratuite (onglet "Discussion") pour organiser des séances par téléphone ou vidéo. Psychopraticienne et psychanalyste Jungienne certifiée, je suis spécialisée dans les...
Psychothérapie - psychanalyse Jungienne - Thérapie de couple- TCC- Spécialisation dans les troubles anxieux
Disponible

Nadine Hecke

27 avis - - 511 consultation(s)
14 ans d'expérience
Psychologue clinicienne depuis 14 ans, j'ai exercé en libéral auprès d'adultes d'adolescents et d'enfants. J'ai reçu à mon cabinet des personnes souffrant de dépression, de souffrance au travail, d'anxiété ... J'ai développé une écoute en cabinet mais aussi téléphonique car parfois, c'est dans l'...
Psychologue Clinicienne-Psychothérapeute-Approche intégrative-Troubles anxieux-dépression-problématique de couple-Troubles alimentaires-Addictions

Premier appel gratuit

Disponible

Frederique Le Ridant

19 avis - - 63 consultation(s)
14 ans d'expérience
Psychanalyste et thérapeute confirmée en psychothérapie j'apporte depuis 14 ans mes acquis , mon expérience et mon soutien à ceux qui traversent un passage difficile, quel qu'il soit. La vie est jalonnée de ces moments que nous tentons tous de vivre comme nous le pouvons et cependant il arrive...
Psychothérapie - Dépression - Stress - Angoisse - Phobies -Problème de couple - Parentalité -Traumatisme - Deuil - Addiction